Les manifestantes réclament aussi que lorsqu’une personne porte plainte, cette dernière soit prise au sérieux. Souvent, c’est la victime qui est jugée alors qu’elle porte plainte : « Qu’avait-elle bu ? Que portait-elle ? »