USA – Le féminisme socialiste et les nouveaux mouvements des femmes

Un nouveau mouvement des femmes est en train d'émerger aux États-Unis et à l'échelle internationale dans un contexte de menaces majeures par les discours réactionnaires qui pèsent sur les acquis durement gagnés par les femmes.

La victoire électorale de Donald Trump a poussé des millions de personnes dans la rue et a radicalisé une partie de la société sur la base de la lutte contre le sexisme. Au Brésil, les femmes jouent un rôle crucial dans le mouvement #EleNao contre Jair Bolsonaro, le méprisable misogyne qui est arrivé au pouvoir en cette période de crise économique, sociale et politique dévastatrice. Les droits démocratiques des femmes, des Brésiliens noirs, de la communauté LGBTQI+, des peuples indigènes et de l’ensemble des travailleurs sont sous pression avec le gouvernement Bolsonaro.

La campagne #MeToo a mis le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles au cœur des discussions de la société, non seulement aux États-Unis mais également au niveau international. De plus, la Grande Récession, ainsi que les attaques de la droite, ont déclenché une série de luttes explosives ces dernières années. Celles-ci ont politisé de nombreuses jeunes femmes et de travailleuses, touchées de manière disproportionnée par la crise du capitalisme. Les jeunes femmes ont également joué, en 2016, un rôle clé dans la campagne de Bernie Sanders, qui a mis en évidence un véritable défi de dénoncer le pouvoir des entreprises qui bénéficient du sexisme et du racisme. Avant même que des millions de personnes n’aient protesté contre le « prédateur en chef », l’envie de lutter contre le sexisme avait atteint un point d’ébullition. Des « Slutwalk » à Carry That Weight, en passant par #YesAllWomen, les jeunes femmes ont clairement indiqué qu’elles étaient prêtes à lutter contre le sexisme et les abus. Des millions de femmes veulent non seulement lutter contre leurs propres Weinsteins et Kavanaughs mais aussi mettre fin au sexisme endémique qui imprègne toute notre vie. Alors que la droite continue de mener des attaques contre les femmes, les LGBTQI+, les personnes de couleur, les immigrants, les syndicats et tous les travailleurs, le nouveau mouvement des femmes est confronté à des questions décisives. Comment pouvons-nous combattre la droite ? Pour qui nous battons-nous ? Et comment bâtir un mouvement qui peut à la fois vaincre ces attaques immédiates et obtenir des gains réels pour les femmes ?

#MeToo et la lutte contre Kavanaugh

La nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême est devenue le symbole de la lutte générale contre le harcèlement et les agressions sexuelles, avec presque six Américains sur dix ayant suivi de près les travaux de la Commission judiciaire du Sénat. Depuis sa création, #MeToo a fait tomber une série d’hommes puissants qui ont été exposés comme misogynes et agresseurs. Mais cette fois, aidée par la faiblesse de l’approche démocrate, la campagne des républicains a réussi … La nomination de Kavanaugh représente une menace directe pour les droits reproductifs, les droits des LGBTQI+, les droits de vote, les protections environnementales et les droits des travailleurs en général. Avant que Christine Blasey Ford ne se présente courageusement, la direction démocrate avait fondamentalement accepté qu’il s’agissait d’un accord conclu et qu’elle ne ferait qu’exprimer son opposition. Bien qu’ils aient changé d’approche une fois que l’attention de la nation s’est concentrée sur les abus passés de Kavanaugh, ils ont quand même refusé de mener le genre de bataille qui aurait pu vaincre les Républicains.

La direction démocrate aurait pu mobiliser des protestations et des actions directes pour diriger toute la force de l’indignation massive existante contre Kavanaugh, en se concentrant non seulement sur son comportement prédateur, mais en l’utilisant comme un moyen de se mobiliser contre tout l’agenda réactionnaire républicain. Mais c’est précisément ce qu’ils ne feront pas, car s’ils sont heureux d’utiliser la politique identitaire à des fins électorales, ils vivent dans la crainte de tout mouvement de masse réel dont les revendications iraient au-delà de ce qui est acceptable pour leurs donateurs corporatifs.

Le contrecoup de la nomination de Kavanaugh montre le potentiel et la nécessité de développer le nouveau mouvement des femmes en une véritable force qui donne une expression concrète à des sentiments généraux existant pour la lutte contre le sexisme et pour la défense de nos droits. En outre, le résultat montre que le mouvement ne peut pas compter sur la volonté d’actions du Parti démocrate. Le mouvement, en commençant par s’attaquer au harcèlement sur le lieu de travail, doit aussi s’attaquer à toutes les questions qui touchent les femmes de la classe des travailleurs. Il doit se battre pour la santé pour tous, l’éducation pour tous, le logement pour tous et s’attaquer sans détour à toutes les attaques contre les travailleurs/travailleuses.

Alors que des millions de personnes se sont présentées pour voter aux élections de mi-mandat de cette année et ont voté pour les démocrates afin de repousser Trump et le parti républicain, des millions d’autres voient également la nécessité d’une nouvelle force politique. En même temps, il existe un sentiment palpable dans la société pour mettre fin au sexisme, au racisme et à la profonde inégalité qui ravage nos communautés.

Leçons tirées des luttes passées

Pour mener notre lutte aujourd’hui, il est crucial que nous tirions des leçons des luttes héroïques des femmes du passé ainsi que de toutes les luttes contre l’oppression. Le mouvement des femmes des années 60 et 70 a coïncidé avec une ère de grands bouleversements sociaux, du mouvement des droits civiques au mouvement contre la guerre du Vietnam, ainsi qu’avec une énorme poussée des luttes des travailleurs. Les femmes, les personnes de couleur, les personnes LGBTQI+ et les travailleurs en général ont été encouragés à porter leur lutte contre l’oppression et l’inégalité à des niveaux supérieurs d’organisation et d’action.

En même temps, les femmes sont entrées en grand nombre sur le marché du travail dans les années ’60 et ’70 et faisaient partie d’une transformation démographique de la classe ouvrière américaine qui comprenait également de nouvelles industries et catégories d’emplois -s’ouvrant aux travailleurs noirs et autres minorités raciales. Les femmes de la classe ouvrière se sont organisées et ont lutté pour l’égalité et le respect au travail ainsi que dans leur famille et leur communauté. Cela a fait du féminisme un véritable courant dans la classe ouvrière. Ce fut le moteur de l’évolution des attitudes à l’égard des femmes au niveau , l’un des gains les plus cruciaux de cette période.

Malheureusement, les dirigeants des organisations de femmes n’ont pas réussi à tirer parti de l’élan du mouvement, en luttant sans relâche pour un programme en faveur de la classe ouvrière, qui aurait pu mobiliser des pans encore plus larges de la société. Des organisations comme NOW et NARAL ne visaient pas à affronter le capitalisme dans son ensemble et ont donc refusé de construire le type de mouvement nécessaire pour mettre fin au sexisme. Dans le but de paraître acceptable aux yeux du « courant dominant » de la société, la direction de NDT a même sciemment mis de côté les militants les plus radicaux. En conséquence, l’incapacité du mouvement à adopter un programme clair qui puisse répondre aux intérêts et aux besoins des femmes de la classe ouvrière et des femmes de couleur a limité son attrait, même si ses campagnes ont eu un impact positif sur l’opinion publique et ont permis d’importants gains.

Beaucoup de tâches historiques des luttes des années ’60 et ’70 restent à accomplir, mais les leçons de cette époque sont essentielles pour le nouveau mouvement des femmes. Les limites des mouvements de défense des droits des femmes du passé montrent que la question de la classe sociale est décisive dans la lutte. Le féminisme libéral et les organisations qu’il dirige peuvent se battre pour des réformes radicales, mais défendront en fin de compte le système qui maintient les femmes, les personnes LGBTQI+, les personnes de couleur, les immigrants et toutes les personnes de la classe ouvrière sous divers niveaux d’oppression. Une tendance féministe socialiste dans le mouvement des femmes est cruciale pour ne pas permettre au leadership du féminisme libéral et pro-capitaliste de freiner des mouvements qui ont le potentiel de remettre véritablement en question le statu quo qui existe actuellement.

Mesures de lutte contre le harcèlement sexuel sur les lieux de travail mixte

#MeToo a déclenché une discussion sur la nécessité de mettre fin au harcèlement sexuel, en particulier sur nos lieux de travail. Et bien que la première année du moment #MeToo ait été principalement exprimée par le biais de discussions en ligne et interpersonnelles, et non par des manifestations de masse, elle contenait déjà le pouvoir de faire tomber des abuseurs très en vue. Pour des millions de femmes ordinaires, cela nous a donné l’assurance que nos propres agresseurs pourraient également être confrontés et qu’un monde dans lequel Weinsteins ne pourrait atteindre un tel niveau de succès est réellement possible.

Au cours des derniers mois, les travailleurs de certaines des plus grandes entreprises mondiales ont montré la voie à suivre pour introduire #MeToo dans nos lieux de travail et la possibilité de bâtir des luttes de classe contre le sexisme. En septembre, les employés de McDonald’s ont mené la toute première grève nationale contre le harcèlement sexuel au travail dans dix villes des États-Unis, dont Chicago, San Francisco, Los Angeles et la Nouvelle-Orléans. En partie inspirés par cette grève, les travailleurs de Google ont organisé le 1er novembre une grève internationale contre le harcèlement sexuel, à laquelle 20 000 personnes ont participé.

Google Walk Out novembre 2018

En fait, la résistance croissante des travailleurs aux États-Unis a été dirigée par des travailleuses, notamment des infirmières et des enseignantes. La révolte des enseignants du printemps dernier était aussi une révolte contre des années d’une campagne vicieuse et essentiellement sexiste qui visait à blâmer les enseignants pour les problèmes de la société. Les enseignants de Virginie-Occidentale, d’Arizona, d’Oklahoma et de Caroline du Nord se sont levés pour se défendre, défendre leurs élèves et leurs communautés.

Une caractéristique de la grève des employés de Google a été le nombre d’hommes qui ont quitté le travail pour lutter contre le harcèlement sexuel. C’est le reflet d’un changement global de conscience, en particulier chez les jeunes. Les gens de tous les sexes, en nombre croissant, rejettent le sexisme et veulent se joindre à la lutte plus large contre les patrons. La grève des employés de Google a entraîné la fermeture, ou la fermeture partielle, de 40 bureaux dans le monde entier, ouvrant ainsi une nouvelle étape dans la lutte contre le harcèlement sexuel et représentant les premiers pas concrets vers l’auto-organisation des travailleurs du secteur des technologies.

Fin octobre, les employés municipaux de Glasgow, en Écosse, ont mené la plus grande grève pour l’égalité salariale de l’histoire britannique. Les femmes représentaient 90 % des grévistes, qui ont atteint 10 000 travailleurs le premier jour et ont inspiré une participation massive dans leurs communautés. Des piquets de grève ont été érigés devant des centaines d’écoles et de bâtiments municipaux, ce qui a permis d’obtenir encore plus de soutien massif et de solidarité. Par la suite, les travailleurs de la propreté, majoritairement masculins, ont mené une action de grève de solidarité qui a complètement fermé les services de propreté à Glasgow. Le fait d’avoir une main-d’œuvre à prédominance masculine prête à se solidariser avec les travailleuses qui luttent pour l’égalité salariale a donné un coup de fouet à la grève et à son impact politique.

Au carrefour d’un mouvement ouvrier et féministe en plein essor, ces travailleuses ont montré comment la lutte contre le harcèlement doit être menée sur le lieu de travail pour faire face au sexisme quotidien auquel nous sommes confrontés. Un mouvement de masse qui descend dans la rue et met en place une organisation efficace sur les lieux de travail. Les travailleurs ont un énorme pouvoir social potentiel s’ils prennent des mesures collectives, qui peut perturber le statu quo et remettre en question les patrons abusifs et les inégalités systémiques. En fin de compte, c’est tout le système d’exploitation et d’abus légalisés appelé capitalisme auquel il faut mettre fin.

Les socialistes pensent que pour parvenir à la libération des femmes, nous devons construire une nouvelle société. Plus important encore, nous croyons que c’est possible. Chaque lutte réussie que nous organisons contre les attaques de la droite contre les femmes, les LGBTQ, les immigrants, les personnes de couleur et les syndicats et chaque réforme que nous pouvons gagner sous le capitalisme renforce la confiance pour que les travailleurs s’unissent et luttent pour notre libération et un monde socialiste égalitariste.

Dans les villes des États-Unis, des membres de l’Alternative socialiste ont organisé des rassemblements contre la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême, y ont participé et y ont pris la parole. Nous y avons dénoncé la misogynie et la violence que Kavanaugh représentait ainsi que les menaces plus larges qu’il représentait pour tous les travailleurs par son programme de droite. Nous avons pris la parole lors de manifestations à New York, Boston, Pittsburgh, San Francisco, Cincinnati et plus encore. Vous trouverez ci-dessous des extraits de ces discours de nos jeunes femmes membres.

« Tout ce procès a été un témoignage de la façon dont notre système est brisé. Le problème ne réside pas dans les agresseurs individuels, bien qu’ils méritent d’être punis. Le problème, c’est le système fondé sur l’oppression qui permet aux hommes de s’en tirer avec des crimes odieux contre les femmes. Voter pour plus de femmes au Congrès ne changera pas le fait qu’une femme sur quatre a été victime d’agression sexuelle. Un plus grand nombre de femmes PDG ne changera pas le fait que de nombreuses mères célibataires occupent plusieurs emplois et n’ont toujours pas les moyens d’acheter les produits de première nécessité. Nous devons nous éloigner du féminisme des grandes entreprises qui cherche à élever quelques femmes et à supprimer la voix du reste des femmes. Nous devons construire un mouvement féministe socialiste qui lutte pour les droits des femmes de la classe ouvrière, des femmes de couleur, des femmes sans papiers, des femmes LGBTQI+ et des femmes handicapées. Nous devons lutter pour une société socialiste qui garantisse l’accueil universel des enfants, des soins de santé gratuits de qualité pour tous, un logement pour tous, l’accès à l’éducation et aux arts. Nous nous battons contre Kavanaugh aujourd’hui, mais demain nous commencerons la lutte pour un monde meilleur. Nous devons poursuivre le mouvement #MeToo afin de pouvoir construire un nouveau système, avec une nouvelle norme pour la façon dont nous traitons les femmes. » – Mari

« Nous avons toujours la capacité de défendre les femmes et les gens de la classe ouvrière par la protestation, la grève et l’action directe. Dans un monde où un violeur peut siéger à la Cour suprême, nous devons suivre l’exemple des travailleurs de McDonald’s en grève et exiger maintenant une politique de tolérance zéro pour le harcèlement sexuel sur le lieu de travail. Dans un monde où le coût du logement à lui seul emprisonne des millions de femmes dans des relations de violence, il est temps de taxer les riches pour financer le logement abordable. Dans un monde où les élites blanches de l’Ivy League comme Kavanaugh grandissent en sachant que notre système de justice pénale raciste ne les touchera pas, nous devons suivre l’exemple des activistes de Black Lives Matter de Chicago et lutter pour un avenir où tous les gens seront tenus responsables de leur violence. Nous ne pouvons attendre sur aucune de ces questions. Les femmes ne devraient pas seulement avoir accès à l’avortement et à la contraception, mais aussi à des services publics de garde d’enfants gratuits et de qualité et à un congé de maternité adéquat pour gérer confortablement une famille et un emploi. Le féminisme socialiste signifie que les femmes gagnent non seulement un salaire égal à celui de leurs homologues masculins, mais aussi un véritable salaire minimum vital, de sorte qu’aucune femme n’est forcée de se prostituer pour survivre. La lutte contre Kavanaugh montre que nous avons le pouvoir de construire cet avenir pour les filles et les femmes de cette génération et de toutes celles à venir. » – Quinn

Publié sur le site de Socialist Alternative

Video Socialist Alternative :

Join the Socialist Feminists. Join SA.

Socialist feminist members of SA all across the country fighting against Kavanaugh and for a better world.

Publiée par Boston Socialist Alternative sur Samedi 6 octobre 2018

In solidarity with marches across the country when thousands went into the streets to protest Kavanaugh’s appointment to the Supreme Court, this is video of Ginger Jentzen’s speech yesterday at the Slutwalk TC. This isn’t the end to our struggle against Trump, Kavanaugh, and the billionaire class!

In solidarity with marches across the country when thousands went into the streets to protest Kavanaugh’s appointment to the Supreme Court, this is video of Ginger Jentzen’s speech yesterday at the Slutwalk TC. This isn’t the end to our struggle against Trump, Kavanaugh, and the billionaire class!

Publiée par Socialist Alternative MN sur Dimanche 7 octobre 2018


Partagez cet article :

Ces articles devraient vous intéresser :

ROSA organise des actions, des événements et des campagnes pour combattre le sexisme et le système qui l’entretient : le capitalisme.