Pourquoi ROSA ?

La lutte pour les droits des femmes est à nouveau à l’ordre du jour, comme en témoignent les mouvements de masse contre la violence sexuelle à l’encontre des femmes en Inde, en Turquie et en Argentine; la grève nationale contre l’inégalité salariale en Islande avec des suites possibles dans d’autres pays; les actions de masse pour le droit à l’avortement en Espagne, en Pologne et en Irlande et, dans le monde entier, des campagnes sans cesse grandissantes sur les médias sociaux contre le sexisme, le harcèlement et la violence sexuelle dans la vie quotidienne.

Il n’est pas surprenant que la lutte pour les droits des femmes soit de retour. Depuis les années ‘80 déjà, les politiques d’austérité s’attaquent aux conquêtes sociales et politiques obtenues dans les années ‘60 grâce aux luttes de masse des travailleurs, y compris les acquis des femmes. Actuellement, certains de ces acquis se maintiennent sur le plan juridique – en Belgique, c’est entre autres le cas de l’assouplissement de la loi sur le divorce, la dépénalisation de l’avortement et la reconnaissance du viol intraconjugal. Mais les conditions sur le marché du travail, elles, se détériorent. Le travail à temps partiel et temporaire est en pleine progression, et on y retrouve énormément de femmes. Bien qu’il procure un revenu, il constitue à peine une base pour une indépendance financière. Ce processus est renforcé par les mesures d’austérité à répétition menées contre nos allocations de chômage et le statut de “cohabitant”, ce qui force les travailleurs, et les femmes en particulier, à accepter des emplois précaires.

L’égalité et l’émancipation ne peuvent pas se construire sur base d’un désert social qui s’est étendu suite à des décennies de croissance des inégalités. Les politiques néolibérales, encore renforcées depuis la crise financière de 2007-2008, continuent de faire disparaître dans les poches des 1% les plus riches une part toujours plus importante de la richesse produite tandis que le reste de la population doit continuer de se serrer la ceinture. Si la lutte n’est pas menée massivement et collectivement, ce sont, dans un tel contexte, des luttes désespérées de la majorité de la population pour le partage des miettes restantes qui prendront place. Sexisme, racisme, homophobie, nationalisme, etc. seront alors les outils utilisés pour diviser les luttes de la majorité de la population en désignant de faux coupables, responsables des pénuries et problèmes existants dans cette société.

droits des femmes

Mais c’est seulement parce que la classe ouvrière ne se bat pas à la hauteur des attaques contre ses droits économiques et sociaux, et notamment ceux des femmes, que ces dernières ont pu se développer, suivies d’une augmentation des comportements ouvertement sexistes. Ce n’est qu’en se battant que nous pouvons gagner. Ce n’est pas en se contentant d’un accompagnement social du recul de nos conditions de vie et de travail que nous maintiendrons nos acquis et obtiendrons de nouveaux droits. C’est pourtant l’attitude adoptée par les directions syndicales et les directions des principales organisations de femmes en Belgique. Elles s’accrochent à l’idée qu’après 7 années de « vaches maigres », il vient toujours 7 années de « vaches grasses », alors qu’en réalité les années de restrictions s’enchaînent sans jamais s’arrêter.

Aujourd’hui, des luttes contre l’austérité et pour défendre les droits des femmes se développent à nouveau. Différentes initiatives sont prises pour dénoncer le sexisme quotidien, y compris en Belgique. Le développement de ces mouvements entraîne une recherche concernant les méthodes à utiliser et le programme à défendre : qui sont nos alliés ? Contre quoi ou qui se battre ? Quelles propositions mettre en avant ? C’est pour participer pleinement à ce débat que le Parti Socialiste de Lutte (PSL) lance la campagne ROSA.

Nous voulons mettre en avant les leçons des victoires et des luttes du passé en défendant la nécessité de construire une lutte unifiée des travailleurs et des jeunes – hommes et femmes – contre le sexisme, mais aussi contre le capitalisme qui se trouve à sa base et se nourrit de chaque discrimination. Nous défendons également la nécessité d’une société basée sur les besoins et les capacités de chacun, une société socialiste qui offre les bases matérielles nécessaires à l’émancipation des femmes. Développer les idées socialistes dans les mouvements féministes et les idées féministes dans les luttes des travailleurs : voilà notre ambition. C’est d’autant plus nécessaire, car une fois encore s’élèvent des “leaders” et “figures de proue” féminines issues des classes dominantes et n’offrant aucune solution à la majorité des femmes.

Un exemple récent bien connu est bien sûr la campagne menée autour de la candidature d’Hillary Clinton lors de l’élection présidentielle américaine de 2016, soutenue par des directions d’organisations féministes. Une pression morale a été exercée sur les femmes pour qu’elles votent en sa faveur plutôt que pour son challenger Bernie Sanders au cours de la campagne des primaires démocrates. Pourtant, rien n’annonçait de sa part une politique qui défende réellement les intérêts de la majorité des femmes. Au contraire : où était le soutien de Clinton dans la lutte grandissante pour un salaire minimum de 15 $/h ? Probablement auprès de ceux qui siègent dans les conseils d’administration d’entreprises, entre autres celui de Wal-Mart, particulièrement acharné contre ce combat.

L’ascension individuelle de femmes carriéristes et l’approche défendant des quotas en entreprise ou sur les listes électorales ne constituent de solutions en-soi. ROSA n’est pas une campagne qui se replie derrière l’idée de quotas ou de “discriminations positives”, ni derrière le mythe selon lesquelles les femmes géreraient les entreprises ou la politique “autrement” ou “mieux” que les hommes. Nous voulons lutter contre la position de second rang occupée par la majorité des femmes dans cette société. Nous voulons mener le combat dans différents domaines : contre le sexisme quotidien, contre les intimidations sexistes et la violence dans les écoles, dans les entreprises et dans les rues, contre la violence conjugale, contre les bas salaires et les mauvaises conditions de travail qui ne permettent pas une réelle indépendance. Mais aussi pour que ce soit la société qui prenne en charge collectivement les services et les soins, afin de diminuer la charge de travail non rémunéré qui repose principalement sur le dos des femmes.

femmes

Nos alliés dans la lutte contre le sexisme et pour l’émancipation des femmes sont ceux qui vont combattre avec nous les politiques d’austérité qui minent les conditions de vie et de travail de la majorité des femmes (et des hommes aussi d’ailleurs), ainsi que ce système capitaliste qui maintient des conditions qui empêchent notre émancipation – et l’émancipation de tous les groupes défavorisés et opprimés de la société. C’est en construisant l’unité des travailleurs – hommes ou femmes, jeunes ou moins jeunes, avec ou sans travail, d’origine belge ou immigrée, LGBT ou hétéro, etc. – que nous pourrons obtenir des victoires en maintenant nos acquis et en arrachant de nouveaux droits. Ensemble, nous pouvons contribuer à empêcher que la direction du mouvement femmes ne tombe entre les mains des Hillary Clinton, Theresa May, Gwendolyn Rutten, Maggie De Bock, Liesbeth Hoomans de ce monde. Ces politiciennes sont pieds et poings liés à la politique d’austérité et aux politiques néolibérales qui menacent les femmes.

Vous trouverez sur ce site notre approche concernant nos campagnes ainsi que notre programme. Ce dernier ne tombe pas du ciel : ROSA est une initiative du Parti Socialiste de Lutte / Linkse Socialistische Partij et des Etudiants de Gauche Actifs / Actief Linkse Studenten.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous :

  • si vous voulez organiser une campagne dénonçant le sexisme et les discriminations
  • si vous voulez mener une action
  • si vous voulez discuter de notre approche et de notre programme

 

https://fr.campagnerosa.be/pourquoi-rosa

Résistance contre l'Oppression, le Sexisme et l'Austérité

Rejoignez ROSA sur www.rosa.be

Copyright 2017 | avec le soutien du PSL | merci à WordPress et Antthemes.