ROSA en action dans les écoles

Lundi midi, avec 50 élèves, nous avons effectué une action devant les portes de l'école Saint-Lucas. Nous avons reçu la semaine dernière et lundi plus de 200 signatures d'élèves et de membres du personnel pour une pétition.

Mai, porte-parole des écolières et écoliers de ROSA à Gand:

« Des classes surpeuplées et un corps enseignant surmené limitent le contrôle social ainsi que les occasions de parler du sexisme. Des ressources supplémentaires sont nécessaires pour l’éducation, mais l’école peut également prendre des mesures pour soutenir la lutte contre le sexisme. Nous exigeons des leçons d’éducation sexuelle qui ne sont pas uniquement centrées sur l’hétérosexualité, qui n’acceptent pas le sexisme, qui plaident pour un consentement réciproque, font la différence entre genre et sexe, etc. ».

Femke, membre de ROSA à l’école d’art de St-Lucas, ajoute :

« Les courageux témoignages autour du hashtag #metoo nous montrent une fois de plus que le sexisme est profondément enraciné dans notre société. L’école peut aussi mettre en place des mesures pour le combattre. Nous voulons pouvoir porter les vêtements de notre choix sans subir de harcèlement, que des serviettes et des tampons soient mis gratuitement à notre disposition dans chaque WC et que le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, les cours aient pour thème la lutte contre le sexisme. »

Durant l’action, nous avons remis collectivement la pétition à la direction, celle-ci a promis d’en discuter. Nous espérons une rapide approbation de nos exigences, mais nous sommes prêts à poursuivre les actions de ce genre s’il le faut.

Nous appelons aussi à manifester le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Ce jour-là, la campagne ROSA prend l’initiative de la Marche contre le sexisme à Gand, Anvers, Bruxelles et Liège.


Partagez cet article :

Ces articles devraient vous intéresser :

ROSA organise des actions, des événements et des campagnes pour combattre le sexisme et le système qui l’entretient : le capitalisme.