Covid-19: le confinement signifie que les parents doivent jongler avec l’impossible

Le confinement a fait entrer dans la conversation générale un sujet qui se déroule souvent à huis clos : s'occuper des enfants est difficile et peut être source d'isolement.

Dans mon groupe Facebook d’entraide local, la plupart des messages demandent de l’aide pour faire les courses ou aller chercher des médicaments. La solidarité entre la population est vraiment inspirante – je ne pense pas avoir jamais vu un problème posé qui n’ait pas été résolu par les autres membres du groupe. Mais un vendredi soir, une autre sorte de message m’a été envoyé : les gens, bien que gentils et compatissants, étaient moins sûrs de savoir comment aider.

Rebecca a écrit : “Désolée si ce n’est pas le bon endroit pour poster ça, mais je suis une mère célibataire et je trouve ça un peu difficile. Le manque de contact entre adultes, et j’ose dire le contact physique (j’ai désespérément besoin d’un câlin) me rend un peu folle. Même si j’aime ma fille, je trouve que c’est très dur d’être enfermée dans un appartement sans espace extérieur et de ne pas avoir une minute pour rassembler mes pensées, ça me rend un peu folle. Ma fille n’est pas une grande dormeuse, elle dort de 22 heures à 8 heures du matin, donc j’ai l’impression d’être toujours “en service”. Si quelqu’un a des conseils à me donner sur un endroit où je pourrais retrouver un peu de santé mentale, ou simplement me défouler, j’apprécierais vraiment. Je vous remercie. Je voulais juste faire remarquer qu’il m’a été très difficile d’enfin verbaliser le fait que “j’ai un peu de mal”.

Rebecca n’est pas seule. L’ampleur des changements provoqués par le confinement dans la vie quotidienne pour des millions de personnes est énorme. Pour chacun, la réduction des contacts sociaux peut avoir un impact important sur le bien-être mental. La fusion de la vie personnelle et de la vie professionnelle entraîne des difficultés, surtout pour ceux qui ont peu d’espace à la maison. Mais la fermeture des écoles et des crèches est peut-être le plus grand choc pour le fonctionnement normal de la vie des travailleurs.

L’obligation pour les familles d’être ensemble, et sans personne d’autre, à temps plein et pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, entraîne sans aucun doute une augmentation du stress, de la fatigue et des tensions dans les relations familiales. Socialist Alternative a écrit ailleurs sur l’augmentation de la violence domestique qui est un des résultats extrêmes provoqués par cette dynamique. Mais pour beaucoup d’autres familles, les relations resteront sûres et aimantes, mais sous une pression énorme alors qu’elles tentent de jongler avec l’impossible. De nombreux parents subissent une énorme pression mentale et émotionnelle, car les demandes de tâches à accomplir en 24 heures sont complètement déphasées par rapport à la réalité.

Double travail

Pour dire ce qui devrait être évident, il n’est pas possible de travailler à plein temps et de s’occuper aussi de jeunes enfants à plein temps. Alors que certains travailleurs sont complètement mis à pied et que d’autres peuvent avoir une charge de travail réduite lorsqu’ils travaillent à domicile, beaucoup d’entre eux déclarent qu’ils doivent accomplir leurs heures contractuelles habituelles, bien qu’ils doivent également s’occuper des enfants à la maison. Il est fréquent, par exemple, que les travailleurs soient équipés d’ordinateurs de travail qui permettent à l’employeur de contrôler le temps passé à travailler.

Dans le même temps, les parents – qu’ils travaillent ou non – sont également confrontés à une pression irréaliste pour offrir à leurs enfants une journée entière d’activités dynamiques, amusantes et éducatives. Le travail qui a été fixé par les écoles varie énormément – et dans de nombreux cas suppose un accès à un ordinateur et à internet. Il ne fait aucun doute que beaucoup apprécient les activités et les conseils suggérés sur ce qui serait utile et intéressant pour leurs enfants, mais les parents ne sont pas, et n’ont pas besoin d’essayer d’être, des enseignants.

Ils n’ont pas non plus besoin d’essayer de proposer une sorte de camp d’été. Un coup d’œil aux médias sociaux ou à n’importe quel forum parental suggérerait que tout bon parent a un emploi du temps heure par heure pour chaque jour rempli d’activités artistiques et artisanales, d’expériences scientifiques faites à la maison et de théâtre amateur. Les parents qui ont du mal à faire participer leurs enfants à des activités organisées ou qui choisissent de ne pas le faire ne doivent pas avoir honte, surtout si l’on considère l’anxiété que beaucoup d’enfants ressentent dans la situation actuelle et l’impact que cela peut avoir sur leur propre bien-être mental et leur comportement.

Le plus grand fardeau pour les femmes

Ce problème touche tout le monde, mais il est particulièrement aigu pour les femmes, les familles monoparentales et les familles à faibles revenus. Une pression accrue sur les tâches ménagères signifie inévitablement une plus grande pression sur les femmes. Cela est dû à l’inégalité préexistante, y compris au sein des foyers, et qui est exacerbée dans une crise comme celle-ci. Les enquêtes successives montrent qu’en dépit de tous les droits légaux que les femmes ont gagnés et de l’afflux de femmes sur le marché du travail au cours des trois dernières décennies, ce sont encore les femmes qui effectuent la majorité des tâches non rémunérées au sein du foyer – le nettoyage, la cuisine, les courses, la lessive, toutes ces choses qui sont plus compliquées en étant enfermées. Le système capitaliste repose sur le renforcement des rôles traditionnels des hommes et des femmes et sur l’idée que les femmes sont des aidantes et des ménagères “naturelles”. Cela est utilisé comme justification des rémunérations faibles des secteurs d’emploi qui remplissent ces rôles (dominés par les femmes) et aussi le fait que les femmes fournissent la majeure partie du travail non rémunéré pour ces tâches au sein du foyer.

Comme c’est le cas pour de nombreux aspects de cette crise et d’autres, les plus pauvres sont les plus touchés. Nombreux sont ceux qui tentent de faire face à ces engagements dans des maisons surpeuplées et sans espace extérieur. Plus de 86 000 familles sans abri, dont 127 370 enfants, vivent dans des logements temporaires tels que des chambres d’hôtes et des foyers, les parents et les enfants ne vivant que dans une seule pièce. Le nombre de mères célibataires (qui représentent 90 % des familles monoparentales) vivant dans des logements temporaires a augmenté de 75 % depuis 2010. La directrice générale de l’organisation caritative Shelter a déclaré début mars : “Nous parlons aux mères qui s’inquiètent de ne pas avoir de place dans leur chambre exiguë et sale pour que leur bébé apprenne à ramper“. Ces conditions constituent manifestement un obstacle majeur à l’éducation à domicile des parents et à l’animation de leurs enfants dans le cadre familial.

Entre-temps, il y aurait eu une augmentation de la demande de tuteurs privés et même de nounous proposant de surveiller les enfants sur l’internet. Pour ceux qui disposent d’un peu de revenu disponible, de nombreux cours et événements sont disponibles en ligne contre paiement, ce qui donne sans aucun doute un bref répit aux parents surchargés de travail. Mais rien de tout cela n’est envisageable pour de nombreux travailleurs faiblement rémunérés, en particulier ceux qui ont subi des réductions de salaire ou ont été licenciés en raison de la crise. Sans compter que certaines crèches continuent de faire payer les parents pour réserver la place de leur enfant, alors qu’ils ne pourront pas y aller dans un avenir proche.

Luttes syndicales

Nous devons revendiquer des demandes réalistes pour les parents qui travaillent. Socialist Alternative demande une surveillance de la charge de travail par les syndicats qui prend en compte les pressions accrues dues notamment au manque de services de garde d’enfants. Dans chaque cas, la question devrait être de savoir non seulement si ce travail peut être effectué à domicile, mais aussi s’il doit l’être. Nous demandons que tous les lieux de travail non essentiels (déterminés par les travailleurs eux-mêmes) soient fermés pour aider à arrêter la propagation du virus, mais le travail non essentiel devrait également être complètement arrêté si les travailleurs ne sont plus en mesure de l’effectuer en raison du confinement – tout en garantissant un salaire complet pour tous.

Dans le même temps, ils doivent également s’organiser pour garantir que, lorsque les lieux de travail pourront rouvrir en toute sécurité, il n’y aura pas de tentative d’utiliser ce que les travailleurs ont réussi à obtenir au cours de cette période extraordinaire pour imposer de nouvelles modalités de travail à long terme, par exemple en essayant d’économiser de l’argent en faisant travailler de grandes parties de la main-d’œuvre à domicile sur une base permanente.

De nombreux parents comptent les jours jusqu’à ce que les choses reviennent à la “normale” et que les enfants retournent à l’école ou rendent visite à leurs grands-parents et à leurs amis, ou tout simplement jusqu’à ce que les familles puissent passer une journée ensemble hors de la maison. Mais le confinement a fait entrer dans la conversation générale un sujet qui se déroule souvent à huis clos : s’occuper des enfants est difficile et peut être source d’isolement. Élever la prochaine génération, et pas seulement lui donner une éducation formelle, devrait être une responsabilité collective de la société.

Socialist Alternative préconise un système de garde d’enfants gratuit, géré par l’État et flexible, pour répondre aux besoins et aux envies. Cela devrait permettre aux parents d’avoir un peu de temps libre, et pas seulement pour faciliter le travail. La crise du Coronavirus a révélé que le travail peut également être beaucoup plus flexible que ce que les employeurs prétendent. Les parents travailleurs devraient pouvoir travailler à domicile, à temps partiel ou selon un horaire flexible, dans la mesure du raisonnable, et pouvoir s’occuper de leur famille. Mettre fin aux revenus de misère permettrait d’alléger les tensions financières qui peuvent entraîner une augmentation des tensions au sein des foyers, et offrirait également à toutes les familles la possibilité de profiter de journées de sortie et d’activités ensemble. Un programme de construction et de rénovation de grande envergure des maisons communales, y compris des espaces extérieurs tels que les jardins privés ou communautaires ou les terrains de jeux, ferait une grande différence dans la qualité de vie de beaucoup.

Une alternative socialiste

Les conditions de vie sous confinement ont mis en évidence les problèmes liés au fait de compter sur la famille nucléaire pour subvenir à tous les besoins matériels et émotionnels. Il s’agit d’une situation extrême, mais la réalité est que même dans des conditions “normales”, le système capitaliste propage l’idée que la charge de toutes les tâches liées à l’éducation des enfants devrait incomber aux individus, et en particulier aux femmes. Cela nous apprend à sous-estimer le travail essentiel et difficile que représente la prise en charge des enfants et des autres groupes vulnérables de la société.

Un monde socialiste, où les ressources sont détenues par l’État et planifiées démocratiquement pour répondre aux besoins de tous et toutes sur une base collective, jetterait les bases pour que toutes les tâches et les relations soient véritablement volontaires et fondées sur la collaboration. La crise du Coronavirus met donc en évidence qu’une perspective féministe socialiste est essentielle pour faire comprendre que les luttes quotidiennes auxquelles sont actuellement confrontés les parents enfermés sont entièrement liées à la fois à l’oppression de classe et à l’oppression des femmes, et que seule une lutte menée par la classe ouvrière pour une alternative socialiste au capitalisme offre une voie d’avenir.

Par Sarah Wrack, Socialist Alternative England Wales and Scotland.
Publié sur ROSA International.


Partagez cet article :

Ces articles devraient vous intéresser :

ROSA organise des actions, des événements et des campagnes pour combattre le sexisme et le système qui l’entretient : le capitalisme.