Fight For

€14/H

(€2300/m)

de Salaire Minimum

En Belgique, la campagne Fight for 14 € de la FGTB est cruciale pour lutter contre l’oppression spécifique des femmes, puisque – avec les jeunes et les travailleurs immigrés – c’est elles que l’on retrouve avec les salaires les plus faibles. 

Voir le site officiel de la campagne Fight for 14!

Soutenez la pétition de la FGTB 

Signez la ICI

Campagne

A travail égal,

Salaire égal !

ICI

Un salaire décent pour toutes et tous!

La majorité des familles le savent, il faut 2 revenus pour pouvoir boucler le mois. Pourtant, encore trop souvent, le salaire des femmes est considéré comme un revenu d’appoint plutôt que comme un salaire à part entière. Elles sont généralement cantonnées dans les secteurs d’activité les moins bien payés : les soins, le nettoyage, l’horeca, la distribution, …
Les mesures du gouvernement qui visent à élargir les contrats précaires (flexi-jobs, contrats intérims, titres-services, …) ainsi que les sauts d’index et les attaques sur les pensions ne font que renforcer cette réalité. C’est déjà plus d’1 femme pensionnée sur 2 qui doit vivre avec moins de 1000€ par mois.
Et cette situation les rend souvent financièrement dépendantes de leur partenaire et sans réelles alternatives en cas de relation violente.

14€ par heure, Impossible ?

Les riches de plus en plus riches ...

Alors qu’en Belgique de plus en plus de travailleurs et travailleuses ont des difficultés à boucler leur fin de mois, les profits des grandes entreprises et les salaires des patrons eux se portent bien.

Ainsi les CEO du Bel 20 ont gagné en 8 jours ce que les travailleurs belges gagnent – en moyenne – en 1 an de travail ! Dans une société qui est dirigée par une telle soif de profit, aucune égalité – y compris de genre – n’est possible !

Et les politiciens ont clairement choisi leur camps. « Jobs, jobs, jobs » était le crédo du gouvernement. Mais de quels jobs parle-t-on ?

En 2018, parmi les emplois créés, presque 1/2 (46%) étaient des emplois temporaires et presque 1/3 (31%) des emplois à temps partiels. Et ces derniers concernent essentiellement les femmes (Banque Nationale ). Et selon l’Institut pour le Développement Durable, il s’agit dans dans une majorité des cas des temps partiels non décidés par les travailleurs. 

Le Soir, « Jobs, jobs, jobs »? Quel bilan pour le gouvernement Michel en matière d’emplois?, 11 mars 2019.

1 Belge sur 5 vit déjà dans des conditions de risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. Augmenter le salaire minimum serait un premier pas nécessaire pour assurer à chacun et chacune une vie décente !

Consultez le dossier pédagogique de la FGTB Wallonne 

Vidéo de promotion de la FGTB Wallonne : 1h=14€

La lutte paie !

Une augmentation du salaire minimum ne nous sera pas offerte par le patronat ou les politiciens. Comme pour chaque acquis social, nous devrons lutter pour l’obtenir, la faire appliquer et la conserver.

Les exemples au niveau international sont encourageants. La campagne « 15$ Now » aux USA a commencé en 2012 avec des actions des travailleurs des fast food. Ils ont obtenu – après une campagne combative – une augmentation du salaire minimum dans plusieurs grandes villes !

Lire plus

A Glasgow (Écosse),  le personnel municipal a gagné en octobre 2018 une lutte historique contre les inégalités salariales entre travailleuses et travailleurs de même grade. Après 12 ans de conflit, les quelque 8.500 employées communales (dans les soins à domicile, les écoles et les crèches, les services de nettoyage et de restauration) sont entrées dans l’Histoire en octobre dernier avec une grève de 48 heures. Au final, les grévistes se partageront 567.000.000€ d’indemnités, correspondant rétroactivement à toutes ces années de différences de salaires avec leurs collègues masculins.

Lire plus

NOTRE MATERIEL

14 mars – Equal Pay Day : pour un salaire minimum de 14€ de l’heure (2300€/mois)

La différence de salaire entre hommes et femmes reste une réalité dans la Belgique d’aujourd’hui. Une femme gagne en moyenne 8% de moins qu’un homme par heure de travail. Mais ce chiffre augmente à 21% si on analyse la différence sur base annuelle.

Pour l’émancipation des femmes, luttons contre les bas salaires

La démonstration de force des travailleuses de Glasgow a bénéficié d’une grande solidarité : 600 éboueurs – presque exclusivement masculins – ont ainsi refusé de franchir le piquet de grève et n’ont pas rejoint leur poste de travail, en dépit des menaces de leur direction.

Ecosse – Les femmes écrivent une nouvelle page de l’histoire de la lutte pour l’égalité salariale

Voici le tract du Parti Socialiste Écossais distribué lors des manifestations en Octobre dernier en soutien à la grève des travailleuses de soins à domicile à Glasgow pour l’égalité salariale. S’ensuit un article qui reprend également les événements qui ont pris place lors des manifestations et piquets de grève.

Espagne – Les « Kelly’s » obtiennent une augmentation de salaire de 30%. La lutte est le seul moyen !

Les nettoyeuses de deux hôtels de Bilbao, employées de la société Constant, sont parvenues à un accord et mettront fin à la grève qu’elles menaient depuis un mois et demi, après l’annonce par la direction d’une augmentation salariale de 30 pour cent en 2019.

UN PEU

DE LECTURE …

Rejoins-nous!

ICI

Pourquoi construire la campagne ROSA – Résistance contre l’Oppression, le Sexisme et l’Austérité ?

La Campagne ROSA a pour objectif de lier la lutte contre le sexisme à la lutte contre les politiques d’austérité. Nous plaidons pour une plus grande implication des femmes dans les mouvements sociaux et dans les syndicats afin, d’une part, de construire un mouvement large et unitaire et, d’autre part, de permettre d’y intégrer les revendications touchant plus spécifiquement les femmes.

Nous plaidons également pour un mouvement uni contre les différentes formes de discriminations : sexisme, racisme, LGBTQI+-phobie, …

La campagne ROSA organise des événements, des actions contre le sexisme et le système qui l’entretient : le capitalisme.