Une étudiante belge sur cinq a subi une tentative de viol: le sexisme est présent partout !

En 2019, une étudiante belge sur cinq a subi une tentative de viol: c’est ce que révèle une étude menée par  l’Université de Liège, auprès de 497 jeunes étudiants de différentes facultés de l’université liégeoise. L’étude vient confirmer, une fois de plus, que nous vivons dans une société profondément sexiste, violente et inégale.

Une étudiante belge sur cinq a subi une tentative de viol: le sexisme est présent partout et tout le temps, même dans le parcours étudiant !

En 2019, une étudiante belge sur cinq a subi une tentative de viol: c’est ce que révèle une étude menée par  l’Université de Liège, auprès de 497 jeunes étudiants de différentes facultés de l’université liégeoise. L’étude vient confirmer, une fois de plus, que nous vivons dans une société profondément sexiste, violente et inégale.

Jusqu’alors, peu de travaux se sont intéressés à cette problématique en Europe, mais poussés par les mouvements féministes tels que le  phénomène #Metoo, davantage de chiffres apparaissent et de plus en plus de personnes osent dénoncer ces violences. En France, une étude parue ce 12 octobre, révèle qu’une étudiante française sur vingt dit avoir été victime de viol.

Ces résultats alarmants ainsi que les nombreux témoignages de victimes révèlent que le sexisme, les violences sexistes et sexuelles, le harcèlement sont présents partout et dans toutes les sphères, que ça soit chez soi, dans la rue, à l’université, au travail. Et qu’il ne s’agit pas que de comportement d’individus mal éduqués mais qu’au contraire, il est répandu à grande échelle dans toute la société. En effet, nous vivons dans un système qui se base sur la division et l’exploitation pour se renforcer. Il entretient volontairement le sexisme  en affichant, par exemple, le corps des femmes comme des objets sexuels dans les publicités, ou même en proposant un salaire inégal entre les hommes et les femmes … plaçant ainsi la femme au second rang par rapport à l’homme.

Le coût de la vie des étudiantes plus élevé que celui de leur camarade masculin…

Autre exemple dans la vie d’une étudiante illustrant le sexisme institutionnel : selon une autre enquête de 2019 en France,  le coût de la vie des étudiantes est 118,68% plus élevé que celle de leurs camarades masculins . Concrètement, cela représente la somme conséquente de 529 € de frais obligatoires dépensés en plus, chaque année, par les étudiantes, par rapport aux étudiants. Cela s’explique notamment par la taxe rose (ex : protections hygiéniques taxées comme produits de luxe) et bien d’autres facteurs.

Pour un mouvement féministe socialiste, inclusif et international!

Avec la Campagne Rosa, nous nous battons activement contre ces discriminations et cette division en proposant  un mouvement féministe socialiste, inclusif et international. C’est en nous alliant entre travailleur.se.s et en étant solidaires que nous aurons les forces nécessaires afin de s’en prendre à la racine du problème : le système capitaliste. Pour ce faire, nous encourageons et organisons des discussions, des actions de rue, des manifestations massives, tout en proposant un programme féministe social fort. Un programme de revendications sociales qui vise entre autres, l’indépendance financière des femmes, afin qu’elles puissent faire leurs propres choix, qu’elles puissent entamer les études qu’elles souhaitent, avoir un travail avec un salaire correct et rester autonomes en toutes circonstances (pour qu’elles ne soient, par exemple, pas dépendantes d’un conjoint violent).

Nous nous battons :

  • Pour un salaire étudiant, afin que toutes les études puissent être accessibles et que nous puissions choisir librement celles que nous  voulons et étudier dans de bonnes conditions;
  • Pour un investissement massif dans l’enseignement, pour une véritable éducation sexuelle qui sensibilise aux violences sexistes et aux violences des groupes particulièrement vulnérables à la discrimination ;
  • Pour un refinancement des services publics également : comme ce sont les femmes qui y travaillent en majorité, mais qui les utilisent aussi davantage;
  • Pour un refinancement public du secteur social afin d’offrir un accompagnement correct aux victimes de violences et de discriminations mais également pour faire un réel travail de prévention et de conscientisation.

Si toi aussi tu défends un féminisme qui unit les femmes et les hommes dans les luttes contre les discriminations et les mesures antisociales; si toi aussi tu cherches une société plus égalitaire et socialiste: prends contact avec nous !


Partagez cet article :

Ces articles devraient vous intéresser :

ROSA organise des actions, des événements et des campagnes pour combattre le sexisme et le système qui l’entretient : le capitalisme.