Porter le voile ou pas : la femme décide, pas son patron !

Le 15 mars 2017, le journal De Standaard titrait « L’employeur peut interdire le foulard ». La Cour Européenne de Justice a jugé que les employeurs peuvent interdire à leur personnel de porter le voile ou tout autre symbole religieux.

Neutralité et accès à l’emploi

La décision de la Cour Européenne de Justice se base sur l’idée que les employeurs sont libres de donner une image de neutralité de leur entreprise pour leurs clients. Les entreprises qui veulent appliquer cette « neutralité » ont le droit d’interdire le port de vêtements à connotation « politique, philosophique ou religieuse ».

La Cour Européenne de Justice peut bien souligner que cela vaut pour tous les signes politiques, philosophiques ou religieux, elle nie complètement l’actuelle réalité politique et sociale. Dans une Europe où la droite populiste montante et les politiciens réactionnaires, tout comme ailleurs dans le monde avec Trump, entretiennent la confusion entre l’ « Islam » et un petit groupe d’extrémistes religieux, une telle interdiction des signes religieux sera une nouvelle fois saisie pour rejeter d’autant plus une communauté musulmane déjà durement touchée par les préjugés et les discriminations.

Pour beaucoup de femmes musulmanes pratiquantes, cette interdiction rend l’accès au marché du travail encore plus difficile. Et une implication moindre des femmes, en général, dans le monde du travail augmente encore la dépendance financière à son conjoint ou à sa famille. Pourtant, l’indépendance financière est l’un des éléments cruciaux pour l’émancipation des femmes, musulmanes comme non-musulmanes.

Voile ou pas : la femme décide ! Pas son patron !

Par cette décision, la Cour Européenne de Justice ne place pas seulement les intérêts des entreprises au-dessus de la liberté religieuse. Elle les place aussi au-dessus de la liberté des femmes de s’habiller comme elles le veulent.

La campagne ROSA défend le droit des femmes à se vêtir librement. Que ce soit en une mini-jupe, en top, en pantalon ou en portant le voile. Nous défendons le droit des femmes qui le souhaitent à porter un voile mais également le droit de ne pas le porter, pour celles qui ne e veulent pas. Cela signifie que nous nous opposons aux idéologies conservatrices, à celles qui veulent interdire le port du voile tout comme à celles qui veulent le rendre obligatoire.

Cet arrêt de la Cour Européenne de Justice place l’image – et donc les bénéfices – des grosses entreprises au-dessus de la liberté individuelle des femmes à s’habiller comme elles l’entendent. Encore une fois, l’Union Européenne démontre que les intérêts des grosses entreprises sont sa priorité. Les grandes entreprises peuvent maintenant mettre en place des réglementations du travail qui rendent possible des licenciements justifiés par le port du foulard. C’est de cette manière qu’ils construisent la division des travailleurs sur les lieux de travail. Cette division rend plus difficile la lutte pour de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.

Si nous voulons combattre les discriminations, le racisme et le sexisme, nous devons donc aussi mener la lutte contre ce système qui place les intérêts des grandes entreprises au-dessus de tout. Nous nous battons pour un système socialiste, un système qui place les intérêts de la majorité de la population comme priorité, et non les intérêts des 1% de la population, de la minorité la plus riche !

Le racisme n’est pas une réponse au sexisme !

Pour en savoir plus, jetez un œil sur notre point de programme contre toutes les formes de discriminations.


Partagez cet article :

Ces articles devraient vous intéresser :

ROSA organise des actions, des événements et des campagnes pour combattre le sexisme et le système qui l’entretient : le capitalisme.