8 mars 2019 : Contre le sexisme, luttons contre les emplois précaires !

C’est ensemble qu’il faut nous battre et dépasser le stade de l’indignation. Les problèmes sociaux exigent une réponse collective. La Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le 8 mars, doit être une journée de lutte ! La place des femmes est dans la lutte, tout particulièrement le 8 mars.

Marchons contre le sexisme et la précarité !

C’est ensemble qu’il faut nous battre et dépasser le stade de l’indignation. Les problèmes sociaux exigent une réponse collective. La Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le 8 mars, doit être une journée combative, la place des femmes est dans la lutte !

La sécurité au travail : stop aux emplois précaires !

#MeToo l’a montré : l’insécurité au travail est le quotidien de nombreuses femmes. Les médias ont parlé des personnalités mais c’est une réalité qui touche les travailleuses de tous les secteurs. Au moins 1 nettoyeuse des titres-services sur 3 a été victime de violences sexuelles au travail selon une enquête de la CSC Alimentation et Services.

Aller travailler ne devrait pas signifier se mettre en danger. Mais les mécanismes existants (personnes de confiance, service de prévention externe, …) ne sont pas efficaces. les femmes sont surreprésentées dans de nombreuses situations précaires (secteurs à bas salaires, hyper flexibilité exigée, familles monoparentales, …), beaucoup de femmes n’ont financièrement pas la possibilité de quitter leur emploi (ou leur compagnon), même quand elles sont confrontées à des situations de violences. Les directions des entreprises ont donc les mains libres et exercent régulièrement des pressions.

Une réponse uniquement formelle ne sera pas suffisante. Pour lutter contre le sexisme, il faut lutter contre les bas salaires, les contrats précaires, les allocations trop basses, … Des emplois stables correctement rémunérés ainsi que l’individualisation et la revalorisation des allocations sont indispensables.

  • Luttons pour un salaire de minimum 14 €/h.
  • Luttons pour des allocations au-dessus du seuil de pauvreté, sans limitation dans le temps

La lutte contre l’austérité est une lutte féministe !

Ce gouvernement en affaires courantes et les gouvernements avant s’emploient à détruire systématiquement chaque acquis social : pensions, salaires, services publics, … Et encore une fois, les femmes payent l’addition. Déjà plus d’1 femme pensionnée sur 2 vit avec moins de 1000€ par mois. En aggravant la précarité des femmes, le gouvernement ouvre la porte à encore plus de violences envers elles.

Et le démantèlement des services publics, le manque de crèches, l’accès réduit aux soins, … obligent de nombreuses familles à devoir assumer seules les soins aux enfants, aux personnes âgées, aux malades, … Et là encore, ce sont souvent les femmes qui doivent prendre le relais. Avec de nombreuses conséquences : travail à temps partiel, pensions incomplètes, burnout, … L’écart salarial hommes-femmes en Belgique de 20% s’explique en grande partie à cause de cette situation.

  • Luttons pour la semaine de travail de 30h sans perte de salaire et avec embauches compensatoires pour pouvoir combiner travail, vie de famille et loisirs.
  • Luttons pour des services publics plus fort.
  • Stop à l’austérité !

De #MeToo vers #FightBack

Alors que tous les politiciens traditionnels se présentent comme de « grands féministes », ils n’ont aucun scrupule à pousser de plus en plus de femmes dans la précarité et l’insécurité. Pour combattre le sexisme, il ne suffit pas de grandes déclarations. Il est essentiel de lutter pour de meilleures conditions de vie pour tou(te)s. Le 8 mars 2019, Journée Internationale de luttes pour les droits des femmes, la Campagne ROSA organise des marches ou des actions contre le sexisme dans différentes villes. 2 mois avant les élections, il est important que cette date fasse partie d’un plan d’actions plus large qui propose une alternative à l’austérité. Participe-y ! Dans le passé aussi, les mouvements pour le progrès social allaient de pair avec la lutte pour plus de droits pour des couches opprimées.

ROSA défend la nécessité de construire une lutte unifiée des travailleurs et des jeunes – femmes et hommes – contre le sexisme, mais aussi contre le capitalisme qui entretient et se nourrit de chaque discrimination. Nous défendons la nécessité d’une société basée sur les besoins et les capacités de chacun : une société socialiste. Nous pensons que ces changement sont nécessaires pour offrir les bases matérielles nécessaires à l’émancipation des femmes. Développer les idées socialistes dans les mouvements féministes et les idées féministes dans les luttes des travailleurs : voilà notre ambition. Rejoins-nous !


RDV pour les marches contre le Sexisme et la Précarité !


Partagez cet article :

Ces articles devraient vous intéresser :

ROSA organise des actions, des événements et des campagnes pour combattre le sexisme et le système qui l’entretient : le capitalisme.