Autour du thème "Féminisme socialiste" :

La casse sociale, ça se combat !

La casse sociale, ça se combat !

Prochain rendez-vous : le 8 mars, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes. La Marche Mondiale des Femmes, dont font partie les syndicats et des organisations féministes (telles que la Campagne ROSA), mobilise pour une grande manifestation nationale le dimanche 8 mars à l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes (14h, Bruxelles). Combattre l’oppression des femmes passe par leur indépendance financière. Lutter pour une sécurité sociale de qualité est, à ce titre, aussi une revendication féministe ! Organisons une véritable mobilisation de terrain.

Pas de capitalisme sans sexisme… Pas de socialisme sans féminisme !

Pas de capitalisme sans sexisme… Pas de socialisme sans féminisme !

Les socialistes ont montré très tôt que l’oppression spécifique des femmes, comme toutes autres formes d’oppression, a une base économique. Sous le capitalisme, selon la stratégie du diviser pour mieux régner, le sexisme est un outil puissant pour tenter de diviser la classe ouvrière et faire davantage de profits : écart salarial entre travailleuses et travailleurs, travail domestique non rémunéré majoritairement supporté par les femmes, marchandisation du corps des femmes pour maximiser les ventes, …

Rosa Luxemburg et les socialistes belges

Rosa Luxemburg et les socialistes belges

Dans ‘‘Rosa Luxemburg et les socialistes Belges’’, Anne Vanesse présente une esquisse de portrait de Rosa Luxemburg et nous fait ensuite découvrir ses analyses pointues et les polémiques engagées au sujet des grèves belges pour le suffrage universel.

8 mars/International – Le capitalisme oppresse les femmes, luttons pour une société socialiste !

8 mars/International – Le capitalisme oppresse les femmes, luttons pour une société socialiste !

Au début de ce 21e siècle, aux Etats-Unis comme en Europe, il a été dit aux femmes que l’égalité était à portée de mains. Il leur a été dit qu’elles n’avaient plus besoin du féminisme puisque que le capitalisme leur offrait un futur étincelant, reposant sur la prospérité grandissante et l’égalité des genres